On appelle cela de la sublimation ou un moyen de defense mit en place pour ne pas tomber dans le désespoir, la dépression ou plus.

Quand mes enfants ont décidé de s'envoler, c'est dans la poésie que j'ai trouvé refuge mais aussi le moyen de dire mes ressentis. Il en est né un recceuil publié sur le site Lulu.com dont le tire est "A l'orée de mes émotions". Je souhaite vous faire partager quelques uns de ces poèmes nés à l'encre de mes émotions. Merci de lire.

 

(Nostalgie : départs des enfants fin 2015)

 

Vos départs

 

Quand je fus retournée

De vos portes fermées

De vos départs voulus

Par la vie soutenus.

 

Quand ils ont dit « On est 

Tous enfin prêts d'aller

Vers notre destiné

Puis notre mausolée ».

 

Je suis restée prostrée

Pour une longue durée

Me semblant inhaler

L'odeur de notre passé.

 

Vers quoi me retourner 

Sinon vers ce passé

Que vous m'avez laissé

En me tendant les clés ?

 

Puis soudain éveillée

Par une envie innée

Qui me donna l'idée

De partir explorer.

 

De nouvelles contrées

Depuis inavouées

Même pas révélées

Souvent pourtant rêvées.

 

J'ai tout laissé tomber

Quelques affaires emportées

Dans une randonnée

Ce pour l'éternité.

 

Estelle BOKO

( Serviette offerte à Mathieu pour son sport et retrouvée abandonnée sur le patère aprés sa venue en Mars 2016. Symbolise mon sentiment d'abandon et de tristesse)

 

 

 

A la patère de l'entrée

 

Elle est restée pendue a la patère de l'entrée

Elle, dont la destinée fut plus que d'éponger

Elle te suivit partout lors de tes randonnées

Elle te rendit service malgré tous les sévices.

 

Elle fut offerte à toi pour combler tes désirs

Elle en a assouvi malgré tout tes soupirs

Elle a su résister à tant d'adversité

Elle n'a pas pu décrire ce qu'elle a tant subit !

 

Tu as tendu les clés et pris ta liberté

Tu as dû oublier celle que tu as laissé

Tu as sûrement besoin de tout émanciper

Tu l'as donc oublier a la patère de l'entrée !

 

 

Estelle BOKO

(Prise de conscience. Courage de dire et tristesse d'être encore)

 

Oser le dire

 

Depuis toujours une gentille fille,

Oser le dire fut un parcours

Quand de l'écrit et du discours

Je pris conscience de l'estampille.

 

Savoir dire non est un pardon

Que l'on s'adresse plus que ce non

Quand de tous temps on a pas su

Trouver refuge en ses vertus.

 

Avoir vécu le préjudice

Du sacrifice en continu

Donne à rêver que plus jamais

Cet abreuvoir me servirait.

 

Pour me sortir de cet état

C'est de ma plume que sort le la,

Et de cela une certitude

Oser dire non en toute quiétude.

 

 

Estelle BOKO

17/03/2016 (Espoir lors de ma marche quotidienne)

 

Ma route

 

Le long de l'autoroute

J'ai aperçu la route

D'un cœur à la déroute

Tel une banqueroute.

 

Elle longe le joli parc

Ou souvent je me marque

De ces matins énarques

Enivrés de mon oracle.

 

Marchant nonchalamment

Découvrant le levant

Réduisant doucement

Tout ce qui fut néant.

 

Confiance soudain je pris

Aux vertus de la vie

Moi qui n'ai eu compris

Que ce qui était petit.

 

Le long de l'autoroute

Ma route m'est apparue

Soudain une avenue

Plus qu'une petite rue !

 

 

Estelle BOKO

 

 

(Nostalgie en enlevant les couvertures de Marion partie le 4 Janvier 2016)

Tes couvertures


J'ai du ôter les couvertures
De notre vie pleine d'aventures
Et quand j'ai vu la moisissure
Restée coincée en commissure
J'ai pu noter toutes les blessures
Occasionnées par cette césure.

A t'on besoin de se meurtrir
A défaut de savoir se dire?
Se dire qu'un jour on doit partir
Pour pouvoir sa vie accomplir
Et savoir sans doute revenir
Pour pouvoir tout redéfinir.

Je ne vous ai pas vu partir
Car de ce temps qui fut notre route
Vous prépariez votre devenir.
Vais je pouvoir construire sans doute
Le chemin vers cet avenir
Qui désormais s'avère en doute.

 

 

Estelle BOKO

(Emotion très souvent ressentie pour me mettre en mouvement)

Colère

18/03/2016
17:13

Elle part de mon bas ventre
Et remonte au sommet
De mes  joues enflammées
Par cette émergence.

D' ou vient l'animation
D'une telle émotion
Si souvent obtenue
Et souvent reconnue?

Émanant de mes peurs
Elle est alors moteur
Pour me faire atterrir
Et ensuite me couvrir.

Si Son nom est   tristesse
C'est avec allégresse
Qu'elle m'amène danser
Avec légèreté.

Elle est tant redoutée
Voire même in accepté
Sans doute méprisée
Et aussi refoulée.

Pourtant ma bienfaitrice
Tu devint ma tutrice
Pour donner a ma vie
Ces élans de survies.


Estelle BOKO